Les voitures de Philippe au Cinéma

Extrait de L’avenir.net du 27 février 2013

Dix de ses voitures figurent dans «Boule & Bill»

VILLERS-L'EVÊQUE - Philippe Neuville, un habitant de Villers-l’Évêque, est un habitué des plateaux de cinéma. Collectionneur de voiture, de Simca en particulier, il loue ses voitures pour des tournages de films d’époque (mais pas uniquement). Une dizaine d’entre elles figurent à l’affiche de Boule & Bill.

Pour Philippe Neuville et son fils Marcel, ce jour de sortie de «Boule & Bill» était donc marqué d’une croix au calendrier, puisqu’une dizaine de leurs voitures de collection figurent à l’affiche du film. Ils ont en effet participé au tournage durant une trentaine de jours, aux côtés de Franck Dubosc, Marina Foïs et le jeune Belge Charles Crombez, qui endosse le rôle de Boule.

Mais les Neuville sont relativement habitués aux plateaux de tournage, à vrai dire. «Tout a commencé avec Sœur Sourire. Il se fait que je suis collectionneur de voitures et que je possède des Simca. Ils en cherchaient et j’ai accepté de participer», explique Philippe Neuville. Après, les éléments se sont enchaînés et les tournages succédés. Ce qui permet à Philippe Neuville d’afficher quelques belles photos aux côtés des stars dans sa maison, mais aussi de détenir une panoplie d’anecdotes de tournage.

Un carnet d’adresses de plus en plus fourni

«D’un tournage à l’autre, j’ai fait connaissance avec des gens. Petit à petit, mon carnet d’adresse est devenu bien chargé et mon numéro se trouve dans pas mal de carnets d’adresse également. Lorsqu’un responsable de casting voiture a besoin de quelqu’un dans la région, il sait désormais qu’il peut compter sur moi», note cet habitant de Villers-l’Évêque, dans la commune d’Awans en région liégeoise.

Philippe Neuville, gérant d’agences bancaires de profession, possède en effet une vingtaine de voitures anciennes dans son entrepôt de Grâce-Hollogne. Il s’agit pour la majorité de Simca, ces cousines françaises des Italiennes Fiat, dont la production s’est achevée en 1980.

Passionné par les Simca

«Depuis toujours, j’ai une passion pour les Simca. Mon père roulait en Simca. J’allais au garage avec lui est j’admirais toutes ces Simca. Une fois devenu grand, j’en ai acheté quelques-unes, jusqu’au jour où mon épouse m’a demandé de me limiter à cinq, pour ne pas que nous soyons envahis. Mais je suis tombé sur un entrepôt à vendre et je l’ai acheté…», raconte Philippe Neuville.

Quelques autres marques étoffent encore sa collection : deux Renault, deux Mercedes, une 2CV, «mais ce n’est pas elle qui a figuré dans Boule & Bill», précise-t-il.

S’il s’est quelque peu spécialisé dans la location de voitures anciennes, Philippe Neuville se met aussi à livrer des voitures contemporaines. «Les responsables de casting de voitures me connaissant maintenant. Il y a deux règles essentielles pour ce job. Premièrement, il faut être ponctuel. Sur un plateau de tournage, on doit énormément attendre. Mais il faut faire en sorte que ce ne soit pas à cause de nous. La deuxième règle : il faut que les voitures roulent…»

Une dizaine de voitures sur « Boule & Bill »

Sa réputation croissante dans le milieu l’a donc conduit à participer durant une trentaine de jours au tournage de Boule & Bill. «C’était du boulot pour nous puisque nous avions une dizaine de voitures sur place, mais aussi parce que le tournage de Miserere avec Depardieu et Joey Starr se déroulait en même temps.»

Soyons clairs : la célèbre 2CV du papa de Boule n’appartient pas à Philippe Neuville. Mais de nombreuses autres autos paraissant dans le film proviennent de sa collection. «Par exemple, lorsque Bill urine sur la roue arrière droite d’une voiture, c’est la nôtre. Il y a aussi une scène d’embouteillage, dans lequel nous avons quatre voitures. Dans une autre scène, la 2CV dépasse trois voitures, dont deux de nos Simca», détaille Philippe Neuvill.

Une flopée d’extraits de «Boule & Bill» que Philippe Neuville et son fils Marcel regarderont avec un œil attentif, assurément, eux qui ont vécu le tournage depuis l’intérieur.

 

 dubosc.jpg

Philippe Neuville et son fils Marcel aux côtés de Franck Dubosc, lors du tournage de « Boule & Bill ».

fois.jpg

Philippe Marcel Neuville avec Marina Foïs, qui campe la maman de Boule.

1000-vert.jpg

Une Simca 1000 de Philippe Neuville, en tournage sur fond vert.

renault.jpg

renault-film.jpg

L'une des voitures de Philippe Neuville sur le tournage de Boule & Bill.

file.jpg

De nombreuses voitures anciennes sur le tournage, pour créer un environnement d'époque.

1308.jpg

Une Simca 1308 GT qui a participé au tournage.

1301.jpg

Une Simca 1301 break de Philippe Neuville qui apparaît dans le film.

grue.jpg

QUELQUES AUTRES TOURNAGES

– « Sœur Sourire », de Stijn Coninx, avec Cécile de France (sortie en 2009)
«Nous avons été tourner du côté de Marche-les-Dames avec une Simca Aronde de 1961», explique Philippe Neuville. «Ce qui m’a marqué, c’était de voir Cécile de France se rouler ses cigarettes, habillée en bonne sœur, lors des pauses…»

– « Quartier lointain » de Sam Garbarski, avec Pascal Greggory et Alexandra Maria Lara (sortie en 2010)

– « Potiche », de François Ozon, avec Catherine Deneuve, Fabrice Luchini, Gérard Depardieu, Karin Viard, Judith Godrèche, Jérémie Renier, Sergi Lopez, etc. (sortie en 2010)

– « Rien à déclarer », de Dany Boon, avec Dany Boon, Benoît Poelevoorde, Karin Viard, François Damiens, Bouli Lanners, etc. (sortie en 2010)
«C’était très costaud comme tournage. Nous y avions beaucoup de voitures, notamment sur la scène d’ouverture du film, à la frontière», commente Philippe Neuville. «La Talbot Horizon qui roule en pleine brousse, dont Dany Boon et Benoît Poelevoorde relèvent le numéro de plaque, elle est aussi à nous, pour vous donner un exemple. Il y a aussi la Simca Rancho de François Damiens qui se trouve toujours à côté de la brasserie, le No man’s land. Lors de la scène d’autoroute, dans laquelle la fameuse Renault 4L des deux héros se déglingue, les six voitures qui passent à contresens sont à nous» ajoute-t-il. Avant de lancer un petit commentaire sur le célèbre réalisateur : «Dany Boon, c’est le gars sympa par excellence. Il ne se prend pas la tête, il reste simple et accessible. Vraiment un chouette type…»

– « Tueurs du Brabant », dans le cadre de « Affaires non classées » sur RTL-TVI
Une reconstitution dans laquelle figurent des voitures de Philippe Neuville.

– « Goldman », de Christophe Blanc, avec Samuel Benchetrit
Téléfilm sur le demi-frère assassiné de Jean-Jacques Goldman, diffusé sur Canal + en 2011.

– « Cloclo », de Florent Émilio Siri, avec Jérémie Renier, Benoît Magimel, Monica Scattini, etc. (sortie en 2012)
«Nous avions à nouveau pas mal de voitures à fournir pour le tournage. Nous avons été place Flagey, au Cirque royal, à l’Abbaye de Forest. Et je dois dire que Jérémie Renier est super sympa. par contre, le tournage était assez éprouvant. On nous annonçait quelques fois la fin du tournage pour 22 h. Mais à 1hdu matin, on apportait du Red Bull au catering, pour finalement avoir terminé à 3hou 3h30 du matin…»

– « The Expatriate », de Philippe Stölzl, avec Aaron Eckhart (pas sorti en salles)

– « Boule & Bill », d’Alexandre Charlot et Franck Magnier, avec Franck Dubosc, Marina Foïs, Charles Crombez (sortie ce mercredi 27 février)

– « Je suis supporter du Standard », de Riton Liebman, avec Riton Liebman, Léa Drucker, David Murgia, Samir Guesmi (sortie en 2013)

– « Miserere », de Sylvain White, Avec Gérard Depardieu, JoeyStarr, Thiery Lhermitte, Helena Noguerra (sortie prévue en 2013)
«Ce n’était pas évident parce que notre participation au tournage tombait en même temps que le tournage de Boule & Bill. On devait donc faire la navette entre les deux plateaux…»

– « Supercondriaque », de Dany Boon, avec Dany Boon et Kad Merad (sortie prévue en 2014)
«Nous avons été tourner du côté du port d’Anvers», voici quelques jours à peine.

Ajouter un commentaire